Soirées du Port Saint Louis du Rhone
PERNOD PASTIS 51 MARSEILLE
CAMPING MARIUS LA COURONNE MARTIGUES
LE PANIER GOURMAND RESTAURANT MARSEILLE
CAMPING NEPTUNE SAINT MITRE LES REMPARTS
Camping Lou Soulei Carry Le Rouet
MARINELAND ANTIBES

Bord de Mer et les Plages

01 Plage Catalans MarseilleLes Catalans

Le bord de mer s’est développé surtout sur la côte sud de la ville, sans doute grâce aux rayons de soleil qui tardent à « s’y coucher ». Les marseillais ne s’y trompent pas et les touristes les suivent. Toute la distance qui sépare le Vieux Port de Callelongue est la plus fréquentée, même pendant les belles journées d’hiver ou les jours de grand mistral ; quand le rivage est fouetté par les vagues en furie, les chasseurs d’image, surtout, sont de sortie.

Vous pouvez en avoir un aperçu de loin, par la mer, en prenant l’un des bateaux partant du Vieux Port, à toutes les heures, en direction de la Pointe Rouge, puis vers les Goudes. D’autres lignes maritimes vont également à l’Estaque, rive nord, ou vers les calanques.

Côté sud, le centre ville possède sa plage, à quelques minutes, à pied ou en bus (n°54, n°83, n° 583) : les Catalans, au bout du boulevard Charles Livon, après le jardin du Pharo et juste à côté du Cercle des Nageurs (CNM) de renommée internationale.

01b Plage Catalans MarseilleAu XVème siècle, l’endroit était à l’écart de la Cité, isolé par la côte rocheuse (la percée du bd Charles Livon ne se fit qu’au XIX s). Il y avait, en ce lieu, le Lazaret ou Infirmeries Vieilles. Après la terrible peste de 1720, de l’espace fut libéré par les pêcheurs disparus  et des pêcheurs catalans s’y installèrent (il faut savoir que depuis 1423, lors d’une incursion de navires catalans, des marins étaient restés dans la cité phocéenne). L’habitude fut prise de nommer ce lieu « les Catalans ». Ces pêcheurs logeaient dans des baraques, huttes ou hangars et vivaient de trafics et de contrebande (vin, tabac, produits du Levant…), mais ils vendaient les meilleurs poissons et faisaient vivre la cité portuaire. C’est pourquoi, en 1790, la municipalité reconnut leur utilité. Plus tard, ces pêcheurs furent repoussés au Vallon des Auffes et au fil du temps, ils se fondirent dans la population.

Alors, les Catalans devinrent un lieu à la mode, sans doute grâce à la proximité du Palais Impérial (le Palais du Pharo), construit en 1855, pour l’Impératrice Eugénie. Il y eut quelques usines à cet emplacement et quelques projets portuaires. Mais Napoléon III opta pour la création d’un grand port, vers le nord de la ville (Joliette et Estaque).

Aujourd’hui, la plage est très appréciée, surtout depuis qu’elle est devenue publique, non payante. Allez-y le matin et hors vacances scolaires pour vous sentir moins entourés ou voir, aux heures matinales, les bateaux de pêche rentrer au port. Elle est nettoyée tous les jours, surveillée ; douches et installations sanitaires à disposition. Le terrain de Beach Volley, créé en 1949, par les adhérents du Cercle des Nageurs, attire toujours autant de badauds qui stationnent longuement, accoudés à la barrière en surplomb, dans la rue des Catalans. En fait, de cet endroit abrité des vents, la vue sur la mer et les îles est la plus grande attraction. Vous verrez aussi passer les gros paquebots en partance pour la Corse ou le Maghreb. Et pour jouir plus longuement du « coup d’œil », allez manger la pizza, à la « Pizzeria des Catalans » ! (à quelques mètres du sable/ grandes baies vitrées-).

Sur la plage, vous pouvez profiter de la buvette ou des cours d’aquagym marine gratuits. En hiver, la traditionnelle baignade du premier janvier, organisée par les adhérents du Cercle des Nageurs, est ouverte à tous.

 

Le Cercle des Nageurs de Marseille (CNM)

Du haut de sa solide masse en acier et béton plantée au bout du boulevard Charles Livon, le Cercle est un des symboles de la ville. C’est bien là que de grands champions de natation et de water polo ont été formés : en 2015, à Kazan (Russie), Florent Manaudou, médailler d’or du 50 mètres nage libre ou Camille Lacour, médailler d’or 50 mètres dos; Fabien Gilot, Medhi Metella, Giacomo Pérez Dortona. On se souvient tous d’anciens champions tels que Christine Caron, Alex Jany ou Alain Mosconi. Egalement, les équipes de water polo sont les meilleures de France, depuis plusieurs décennies.

Le Cercle fut créé, en1921, par un ancien nageur, Fernand David (l’architecte désigné fut l’espagnol Picornell). Paul Leccia en est le président, depuis 1990. Le premier bassin bâti en 1932 était rempli d’eau de mer, à l’extérieur (il fut détruit pendant la guerre). Depuis, trois bassins ont vu le jour : le bassin olympique couvert de 50 mètres, un bassin d’hiver et un d’été de 25 mètres chacun. Le CNM investit dans la jeunesse et pour les jeunes (vous pouvez y confier vos enfants, dès l’âge de huit ans).

Ce cercle compte 4200 adhérents, plutôt fortunés, car pour y entrer il faut débourser de grosses cotisations et être parrainé par deux autres adhérents. Mais, à l’intérieur, c’est un club familial nous dit Paul Leccia. En fait, le plus dur c’est d’y entrer. Mais le restaurant circulaire vitré est ouvert à tous et on y mange bien. De plus, la vue panoramique sur la côte, la mer et les îles est très enviable.

Donc, ceux qui ont la chance d’en faire partie peuvent bénéficier de nombreuses prestations : bassins de natation, SPA, sauna, salle de musculation, cours d’aquagym, boutique, salon club house, terrain de Beach Volley, salles de séminaires, immense parking surveillé.

 

02 Corniche Président John Fitzgerald Kennedy marseilleLa Corniche

Elle commence au début de la plage des Catalans et se prolonge jusqu’au début des plages de l’anse du Prado, sur 5 kilomètres. A l’origine, c’était une côte rocheuse très difficile d’accès. Entre 1848 et 1863, deux viaducs furent construits (ceux du Vallon des Auffes et de la Fausse Monnaie) et un chemin fut tracé; le maire Gaston Defferre le fit élargir, entre 1954 et 1968. C’est en 1963 que la Corniche prit le nom de John Fitzgerald Kennedy, après l’assassinat du président, aux Etats Unis.

Cette construction pharaonique est un peu la colonne vertébrale du bord de mer, l’un des endroits les plus aimés des marseillais, paradis des joggers, des cyclistes, des pêcheurs, des promeneurs avides de beauté et de grand air. C’est là que vous pourrez vous reposer sur le banc le plus long du monde : sur toute cette partie qui surplombe les rochers, un banc en ciment de deux kilomètres entrecoupé de passages a été réalisé. Les automobilistes empruntent volontiers la Corniche, pour la promenade du dimanche. Mais de l’intérieur des bus passant par là, le regard peut s’attarder plus longuement sur le panorama (N° 83, 54, 583).

 

02b Corniche Président John Fitzgerald Kennedy marseilleLes baraques de pêcheurs d’autrefois ont laissé place progressivement à de luxueuses demeures. Le Château Valmer en est un bel exemple ou l’île Degaby, face au Marégraphe, tout comme le restaurant Passédat, du Petit Nice. Le site du Roucas Blanc fait bien des envieux avec ses riches constructions, les grands hôtels, comme le Ruhl, et tout près de l’anse du Prado, l’hôtel Pullman Marseille Palm Beach.

Mais bien sûr, ce qui attire en ce lieu, c’est l’espace, le panorama sur les plages et le large, les couleurs, le mistral ou la brise, le spectacle des îles : Pomègues et Ratonneau formant l’archipel du Frioul, le Château d’If, l’île Degaby, la lointaine et mystérieuse île de Planier, à la fois dangereuse pour les bateaux et paradis des plongeurs.

 

03 vallons des auffes marseilleLe Vallon des Auffes

Après la plage des Catalans, à gauche sur la Corniche Kennedy, ne manquez par le détour par le Vallon des Auffes, pas très visible quand on roule en voiture, car il est niché au fond d’une crique. Une rue goudronnée vous permet d’aller garer votre véhicule, sinon, descendez par « l’Escalier du Vallon des Auffes » signalé par une vieille enseigne en fer forgé. Le nom de ce vallon vient du mot provençal « auffo = alfa », plantes graminées qui servait à la fabrication des cordages, filets et autres sparteries que réalisaient les artisans «  auffiers ».

C’est un des coins les plus pittoresques de la ville, agrémenté d’une cinquantaine de cabanons de pêcheurs dont les barques multicolores (les fameux pointus) garnissent les berges de cette anse étroite s’ouvrant sur le large, face aux trois arches d’un pont haut de17 mètres (il sert de support à la corniche que vous avez quittée) ; sous lui, la passe ne mesure que 60 mètres, mais elle est bien suffisante pour voir la mer, le va et vient des barques ou des kayakistes en ballade, le Massif de la Nerthe, au loin, et surtout les merveilleux couchers de soleil toujours différents de notre Méditerranée.

03b vallons des auffes marseillePour en profiter, il faut s’attabler à la pizzeria « Chez Jeannot » installée là depuis 1947 ; on y déguste la pizza mais aussi d’excellents coquillages. Ou bien montez « Chez Fonfon » (implanté depuis 1952), le grand spécialiste de la bouillabaisse qui pourra même vous loger, pour une nuit ou une semaine, dans « le Cabanon de Fonfon » (studios merveilleusement agencés, dans un petit espace/très moderne/ vue sur la crique). Plus loin, encore mieux située, face à la mer, « L’Epuisette », autre haut lieu de la bouillabaisse, de la bourride, du homard grillé (cuisine gastronomique et service très soigné).

En remontant sur la corniche, jetez donc un coup d’œil au « Monument aux Morts de l’Armée d’Orient et des Terres Lointaines », conçu par Gaston Castel, en 1927. Monument Historique depuis 2011 qui évoque la première guerre mondiale : sous une arche (garnie d’un croissant et d’une étoile) ouverte sur la mer, une élégante silhouette féminine en bronze élève les bras vers le ciel ; chacun des côtés de l’arche présente la sculpture en pierre d’une femme ailée marchant vers la victoire, suivie de soldats en arme.

La grande esplanade vous expose à la caresse du vent du large et à la contemplation.

 

04 Malmousque marseilleMalmousque

Quelques mètres après le Vallon des Auffes, au n°110 de la Corniche J.F.Kennedy, vous trouvez une petite entrée ressemblant à celle d’une maison. Si vous levez la tête, vous apercevez l’enseigne en fer forgé : « Anse de Malmousque ». Par là, vous entrez au pays des merveilles marines, à travers un dédale de rues étroites, souvent escarpées, au nom évocateur ou drôle : « rue va à la calanque », « traverse de la fausse monnaie », « rue des pêcheurs »…

Progressivement, vous descendez vers un port de pêche grand comme un mouchoir de poche, garni de « pointus » aussi colorés que les façades étroites et hautes des maisons. Les habitués connaissent bien le coin ; ils empruntent une petite corniche longeant la crique pour aller se baigner (pas de plage de sable, il faut se jeter à l’eau), se faire dorer au soleil ou goûter au farniente, face à la mer, même en hiver. D’autres ruelles montent vers la zone militarisée, occupée par des légionnaires. C’est en fait un lieu de repos, pour permissionnaires. Il existe un bain pour les militaires et leur famille, au n° 16 chemin du Génie.

04b Malmousque marseilleVos pas vous emmènent jusqu’à « l’anse de Maldormé » limitée d’un côté par la presqu’île de Malmousque dont la pointe est occupée par une splendide bastide blanche et ocre jaune. La petite plage est à votre disposition. Ensuite, la corniche étroite contournant le Petit Nice vous conduit au luxueux restaurant de Gérald Passédat, grand chef cuisinier. Devant vous, s’étalent les Roches Blanches descendant vers la mer, fréquentées par les marseillais des environs, été comme hiver.

Un passage en pente douce permet de s’aventurer sous les arches du pont de la Fausse Monnaie (son nom vient d’une expression grecque signifiant « profondeur solitaire »). Là, un autre petit port de pêcheurs vous attend. Il vous ravira par ses petites dimensions, ses barques, ses maisonnettes accrochées au versant de la colline. Un club de kayaks et catamarans s’est installé ici. S’il vous reste des forces, grimpez par les rues ; plus haut, vous retrouvez la Corniche, près du Vallon des Auffes.

Malmousque est un lieu privilégié où le calme vous incite à rechercher un hébergement chez le particulier, dans quelques maisons de pêcheur. Vivre là quelques jours permet d’avoir accès à de nombreuses balades enrichissantes, ici même et dans les alentours.

 

Le Marégraphe

(n°174 Corniche Kennedy).

C’est un lieu important que peu de gens connaissent, car la construction qui l’abrite est peu imposante. On le repère face à la presqu’île de Malmousque et le Petit Nice.

Il indique l’altitude zéro déterminée en 1897, après une longue série de relevés de mesures effectuées pendant treize années, entre 1884 et 1897. Le niveau zéro de l’eau est marqué par un rivet en bronze, platine et iridium (métal blanc très dur et cassant dont le point de fusion est 2410°) scellé dans un bloc de granit, lui-même fixé dans la roche.

Des mesures continuent à être prises régulièrement. Elles intéressent la communauté des scientifiques et océanologues pour les prévisions des mouvements des océans.

L’altitude du Mont Blanc (4808,73 m. redéfinie en 2015) est calculée à partir de ce point zéro.

 

05 plage du prophete marseilleLa plage du Prophète

(Autobus n° 83)

Unique plage de sable, avant d’arriver à celles du Prado. Difficile de ne pas la voir : elle est visible de la Corniche en surplomb, quand on vient de la ville, bien qu’elle ne soit pas très grande. Son nom reste un mystère (quelques explications hasardeuses ont été données mais semblent peu convaincantes).

C’est une plage municipale, formée de deux anses, surveillée de 9 heures à 18 heures, nettoyée chaque jour, avec douche, toilettes, snack. Ceux qui y viennent le matin savent que le public est moins nombreux ; les plongeurs s’adonnent à la pêche sous marine dans les fonds poissonneux, derrière la digue protégeant la plage des vagues (mais là, la surveillance n’est plus effective).

L’emplacement n’est pas propice aux évolutions de véliplanchistes ou surfeurs. Certains disent que « le Prophète » est trop peuplé l’après midi. En effet, les familles y viennent avec leurs enfants ; les groupes de jeunes aiment s’y retrouver pour jouer au ballon ou au volley sur le court, nager ou bavarder simplement. La Police Municipale gère le centre de loisir destiné aux adolescents défavorisés.

Les tout petits peuvent patauger dans les baignoires naturelles, devant la digue. L’anse, côté du levant, est moins fréquentée à cause des rochers gênant la progression. Mais un passage sableux étroit vous conduit en eau profonde.

05b plage du prophete marseilleAssis sur le sable, prenez le temps d’observer la Corniche que l’on peut voir sur une assez longue distance et jugez du travail pharaonique qu’a nécessité sa construction (entre 1954 et 1968). Mais pour avoir un très beau point de vue sur l’ensemble, il faut aller s’aventurer en face, sur les hauteurs du Roucas Blanc (= rocher blanc, en provençal). Pour accéder à ce lieu privilégié, intime, tentez une ascension par «  l’escalier du Prophète », ou les « Montée de la Napoule, « Montée de la Rotonde ». Vous aurez un des meilleurs points de vue à la« Montée du Plateau ». De là, vous embrassez aisément toute la rade, depuis le massif de Marseilleveyre, côté sud, au Massif de la Nerthe, côté nord. Par temps de grand vent, vous verrez très nettement les îles (Degagy, la plus proche, le Frioul, Planier à l’horizon) et toutes les plages du Prado, jusqu’à la Pointe Rouge. En été, de merveilleux couchers de soleil, toujours différents, s’éternisent à l’horizon.

Les riverains se plaignent de nuisances sonores ; en effet, après 19 heures, d’autres habitués prennent possession de la plage grandement libérée après la fin de la surveillance: les familles et la jeunesse se donnent rendez-vous pour le pique-nique du soir et profiter de la fraîcheur nocturne, mais les soirées bruyantes se prolongent (certains jeunes apportent leur djembés pour réchauffer l’ambiance/ de grosses fiestas sont aussi organisées le jeudi de 18h à 2h : ce sont les Beach Party).

Un collectif de défense du littoral réclame sa fermeture, à partir de 22h30.

 

07 plage du Roucas Blanc marseilleLe Roucas Blanc

(7ème arrdt)

En provençal, le « roucas blanc » signifie le rocher blanc. Il faut avoir vu les photos de ce lieu à son origine pour comprendre pourquoi on lui a attribué ce nom. Il constitue un prolongement vers la mer de la colline de la Garde; zone rocheuse, déserte, sauvage. En 1789, sur le Roucas Blanc existait un sentier de douaniers et des habitations de pêcheurs. Lorsqu’au XIXème siècle on trace le Prado, de la place Castellane au boulevard Périer, des rues et des habitations disparaissent. On déplace les populations vers Saint Charles, la Porte d’Aix, Endoume et le Roucas blanc. Ainsi, ce dernier s’urbanise et les riches industriels y font bâtir de luxueuses demeures qui deviennent des résidences d’été, comme le Château Valmer.

Aujourd’hui, le rocher est un merveilleux labyrinthe sculpté par l’homme, fait de ruelles tortueuses, d’escaliers, agrémenté de cette végétation luxuriante et parfumée qui ornent les belles maisons. Son point le plus haut, face à la Vierge de la Garde, domine la rade de Marseille.

Ce lieu, très prisé aussi des responsables politiques, est un des plus chers de la Cité Phocéenne. Les maisons s’y vendent à prix d’or. Mais ne vous privez pas de le visiter à pied, car il est unique dans sa diversité. En voiture, il est aisé de le côtoyer, en prenant le « chemin du Vallon de l’Auriol », un peu après la plage du Prophète, à droite (direction ville) qui se continue dans « l’avenue des Roches » rejoignant le «  Chemin du Roucas Blanc ». Par là vous parvenez au pied de la « Bonne Mère ». Mais si vous redescendez par le boulevard de Tellène, vous arrivez à l’Abbaye Saint Victor, en marge du Vieux Port.

 

06 plages du prado marseille

08 plage de David Prado Sud marseilleLes plages du Prado

(Bus n° 83 et n° 19)

Les plages actuelles du Prado créées en 1970, sous Gaston Defferre, maire de Marseille, occupent un espace de 20 hectares pris sur la mer.

A l’origine, le bord de mer était un lieu sauvage, au bout de la campagne, fait de terrains marécageux et insalubres où parvenaient les détritus drainés par l’Huveaune et le Jarret. Dans un premier temps, en 1839, fut tracé le Prado (en forme d’équerre, Prado 1 et 2 sur 3,4km), après la création de la rue de Rome et de la place Castellane. Puis arriva le tram, en 1875. Enfin, en 1891, furent construits 240 kilomètres de collecteurs. Le Prado abandonna progressivement son statut de décharge publique.

Les plages furent façonnées à l’aide des remblais récupérés lors du creusement des galeries des métros 1 et 2. Aujourd’hui, elles font le bonheur des marseillais, avec leurs cinq hectares de pelouses et espaces boisés. En partant de la fin de la Corniche Kennedy, on trouve successivement les plages Roucas Blanc, David, Huveaune, Borély, Bonneveine, Vieille Capelle, Pointe Rouge (pour ne parler que des plus grandes).

La plage du Roucas Blanc est celle où l’on peut admirer le Monument « le Bateau ivre » (sculpteur Jean Amado) élevé en l’honneur du poète Arthur Rimbaud décédé à Marseille, en1891. En la parcourant, vous dominez la mer et le Centre Municipal de Voile. Le terrain souvent vallonné et boisé incite à la promenade.

09 plage huveaune epluchure beach marseilleLa plage de David est au bout du deuxième Prado, face à la statue du David de Michel Ange (une copie/ l’original est exposé à Florence, dans le Museo dell’Accademia). Elle est également à quelques mètres du Parc Borély, le jardin le plus fréquenté de Marseille et face à l’Hippodrome créé en 1860, modernisé en 1990 (agrémenté d’un superbe Restaurant Panoramique de 400 couverts. Un autre établissement remarquable est le récent hôtel «  Villa Massalia » (entrée au n° 168 rue Clôt Bey) donnant sur l’hippodrome et la mer).

La plage de l’Huveaune est réservée aux kites-surfs et planches à voile, car elle est bien exposée aux vents et les vagues s’y forment volontiers. Le club de kayaks, implanté au n° 109 avenue Pierre Mendès France, est à votre disposition, pour les promenades en mer.

10 plage escale borely marseilleLa plus fréquentée est l’Escale Borély ; on y trouve de nombreux restaurants, à quelques mètres de l’eau, des jeux pour petits et grands (grande roue, saut à l’élastique, trampoline, manège), des boutiques, les glaces artisanales de la gelateria. Au bout de la plage, le mythique Skateboard Pro Bowl attire toujours autant de monde, surtout quand se joue la Finale Coupe du Monde (Sosh Freestyle Cup). La plage offre ses grands espaces à la fête de la musique (concert), aux feux du 14 juillet, à diverses manifestations sportives telles la Coupe de foot de plage ou le Spectacle Ballet très particulier avec ses trois tractopelles et six danseurs (mai 2013)… Au coucher du soleil, certains jours de la semaine, sont organisées des Beach Party, dès 18 heures.

La plage de la Vieille chapelle tient son nom d’une chapelle, aujourd’hui disparue. Au sommet d’une butte couverte de pelouses a été érigé un curieux monument en acier « Les sept portes de Jérusalem » (sculpteur David Soussana). Les joueurs de boules aiment se retrouver là, les soirs d’été, et préparer des grillades. Cette plage rocheuse où grouillent les poissons attire les pêcheurs.

11 plage pointe rouge marseilleLa Pointe Rouge est très populaire et authentique, avec ses étendues de sable si prisées par les enfants et les parents. La surveillance y est effective jusqu’à 19 heures. L’endroit est propre (toilettes et douches/ système de consigne gratuite). De nombreux commerces y prospèrent : restaurants et pizzeria, à même la plage. Sur l’avenue, la gelateria artisanale ne désemplit pas ; magasin d’articles de plage et pêche, tous commerces.

Sur le bord de mer, après la plage, a été aménagé un grand port de plaisance, depuis 1974 ; un immense parking de 1800 places est à votre disposition, en plein air. Sur le port de la pointe Rouge, près de la grande jetée des pêcheurs, les sportifs trouvent tous les équipements nécessaires pour les activités nautiques telles que voile, plongée, avirons, kayak, paddle, pirogue polynésienne… Bien d’autres clubs se sont développés, à proximité du port.

Depuis 2012, une navette maritime vous transporte du Vieux port à la Pointe Rouge, entre le 25 avril et 27 septembre (moyennant 5€/ ou libre accès avec la carte Transpass/ toutes les heures) ; une autre navette fait le trajet de ce lieu aux Goudes.

Après la Pointe Rouge, en direction des Goudes et Callelongue, vous traversez Montredon, petit quartier typique marseillais avec ses bars et commerces. Les petites plages et criques sont plus difficiles d’accès, rocheuses ou formant de petits espaces de sable ; mais elles sont très recherchées par les habitués, car moins fréquentées.

Plus loin, voici la Madrague et son petit port de pêche (ce nom lui a été attribué à l’époque où se pratiquait la pêche au thon). Aujourd’hui, ses habitants portent le deuil de la navigatrice Florence Arthaud (décédée en mars 2015) ; elle vivait là depuis une dizaine d’années (collision de deux hélicoptères, lors d’un tournage pour une émission de téléréalité, en Argentine).

Ensuite, commence la côte sauvage (à la limite ouest du Massif de Marseilleveyre/ altitude 438 mètres) qui vous conduit au bout de la ville. En passant, faites une halte à la calanque de Samena, longue et étroite. Vous pourrez vous régaler aux « Tamaris » (au pied du Mont Rose) très intime dans sa solitude, sur son rocher surplombant la mer immense, si romantique le soir, sous ses illuminations à l’ancienne (cuisine du terroir et pizza au feu de bois). C’est aussi un paradis pour les plongeurs et ceux qui veulent s’initier à la plongée. De longues promenades sont possibles à travers le Mont Rose (alt. 86 m) qui s’étire en bord de mer (l’ascension commence après le restaurant). Le panorama sur la rade de Marseille est une récompense offerte aux marcheurs. Ce nom lui fut attribué en 1750, lorsque le Chevalier Roze (qui s’était illustré lors de la peste de 1720), acheta une partie du massif. Aujourd’hui, le Mont Rose est propriété de l’armée (centre de radio maritime depuis 1949/ bulletin météo et radio médical).

En reprenant la route sauvage, vous arriverez rapidement au petit port de l’Escalette, très original dans sa forme façonnée en ovale, dominé par ce restaurant très accueillant, aux baies vitrées ouvertes sur la mer. De là, on peut voir le Fort de l’Escalette (depuis l’époque grecque, les chefs, rois et empereurs ont toujours fait construire des fortifications sur les massifs, en bord de mer ou sur les îles). En 1990, les lieux étaient encore occupés par la Marine Militaire. Les batteries ont servi aux allemands, pendant la dernière guerre, pour bombarder Aubagne.

On voit également l’ancienne usine de traitement du plomb.

La route sinueuse longeant la côte rocheuse et l’immensité bleue arrive enfin aux Goudes, aux portes des calanques, paradis des pêcheurs, des plongeurs et des restaurateurs. C’est un petit port traditionnel marseillais, face à l’île de Maïre et l’île de Tiboulin de Maïre. Avant 1990, ce lieu avait la renommée d’être un repaire de truands. Aujourd’hui, ce quartier bourgeois fait grimper les prix de l’immobilier. Et si vous voulez goûter des spécialités fraîches de la mer vous pouvez allez chez Didier (à « l’Esplaï » ou « Bar de Goudes »). Les plats y sont préparés en fonction des arrivages. Suivant les jours on vous proposera des langoustes ou des soles, loups, baudroies, rougets, palamides (=petits thons), saints pierres, gallinettes. La Bouillabaisse et la Bourride sont bien sûr au menu.

15 les goudes marseilleSi vous traversez l’unique rue des Goudes, vous parviendrez à un parking, non stabilisé mais libre. Sur la gauche, vous pouvez aller faire une randonnée sur les hauteurs et visiter le blockhaus des Goudes, vestige de la guerre 1939-1945. Vous bénéficierez d’une superbe vue sur la mer et l’île de Maïre semblable à un gros iceberg trop proche de votre bateau… Sur la droite, un chemin escarpé vous emmènera, en dix minutes, au bout du monde, un p’tit coin de paradis : Port Croisette, sa petite plage de sable protégée par une digue et le restaurant « la Baie des Singes » perché sur son rocher. Après un bain dans une eau limpide et un peu de repos sur les transats, vous pourrez goûter les produits de la pêche du matin. L’endroit est accessible par la mer. (On raconte qu’autrefois, les enfants des familles de contrebandiers vivant en ce lieu ne devaient pas parler des pratiques de leurs parents. Il leur était conseillé de rester muets comme des singes…)

Plan My Guide Marseille

booked.net

Magic Park Land
DOMAINES DEPARTEMENTAUX - BALADES ET EXCURSIONS DANS LES BOUCHES DU RHONE
Pernod
SPA BY CLARINS HOTEL INTERCONTINENTAL
Savonnerie de Cassis

Découvrez aussi...

Marseille en vidéo

Abonnez-vous à notre Newsletter